Translating annual reports

En élargissant la base de leurs investisseurs, les sociétés ont besoin de s’assurer que les rapports annuels et tous les autres documents de la société soient disponibles dans d’autres langues que la langue d’origine du rapport. Dans certains cas, vous pouvez avoir la chance de trouver que des sociétés dans des marchés non anglophones publient les rapports dans leur langue native ainsi qu’en anglais.

La recherche Google est disponible dans plus de 130 langues, Microsoft est disponible dans plus de 90 langues et Pinocchio a été traduit dans plus de 240 langues. Pourquoi les sociétés multinationales croient-elles qu’il suffit de publier leurs résultats dans seulement une ou deux langues ?

Les sociétés attirent des investisseurs de nombreux marchés des pays développés et émergeants. Il y a maintenant 60 bourses majeures dans le monde dont 16 bourses avec une capitalisation boursière totale de plus de mille milliards de dollars. L’Europe et l’Asie, qui représentent le plus de langues parlées, constituent presque 54 % des bourses mondiales. Les produits de consommation internationaux sont presque toujours disponibles dans la langue du marché représentatif. Cependant les investisseurs semblent être traités un peu différemment.

Chez Wonder Words, nous croyons que si les rapports annuels des sociétés étaient disponibles dans un éventail de langues plus large, les sociétés attireraient plus d’investisseurs en dehors de leur base traditionnelle. Qu’entendons-nous par cela ? Ce n’est ni pratique ni rentable d’imprimer un rapport annuel dans 50 langues différentes ; cependant, les sociétés devraient choisir un sous-ensemble de langues qui correspond à leur base d’investisseurs. Cela leur permettrait de répondre aux attentes d’une gamme plus large d’investisseurs.